Etude PROCIV Planoscam

CONTEXTE

En décembre 2019, une épidémie de coronavirus (COVID -19) a été déclarée dans la Province de Wuhan en République populaire de Chine. Dans les trois qui ont suivi, elle s’est progressivement propagée en Asie, en Europe, en Amérique et en Afrique[1], entrainant le décès ou la mise en quarantaine de plusieurs personnes. Ce faisant, l’Organisation Mondiale de la Santé a fait savoir que le coronavirus est passé du stade d’épidémie à celui de pandémie, avec plus de 170 000 personnes déjà contaminées dans 146 pays et environ 6 500 décédées[2] courant mars 2020.

Le Cameroun, au même titre que de nombreux Etats dans le monde, n’a pas été épargné. Dès les premières heures de son apparition, le Gouvernement a mis en place un plan de riposte visant à endiguer la propagation de cette pandémie. La contamination de nombreux corps d’activités qui en a résulté, a entraîné d'importantes pertes d'emplois, tant au niveau du secteur formel qu’informel. La  conséquence immédiate de cette pandémie est le déclenchement d’une crise sanitaire doublé d’un choc économique et social. Cela atteste à quel point de nombreux secteurs d’activités au Cameroun, notamment celui du transport public et ses usagers ont été obligés de modifier leurs styles de vie, offrant au quotidien un spectacle de privation d’exubérantes étreintes chaudes et de salutations faites dans l’anonymat des équipements de protection[3] (Académie Pontificale pour la Vie, 2020 : 2).

Le présent rapport entend faire une évaluation de l’applicabilité des mesures prises par le gouvernement camerounais pour lutter contre la Covid-19, notamment dans le secteur du transport public. Il est produit dans le cadre du Projet d’Appui aux Gouvernements Ouverts Francophones (PAGOF), – dont l’objectif général est de soutenir et accompagner les administrations et la société civile (dont les médias) des pays bénéficiaires, notamment le Cameroun, dans la réalisation de leurs engagements en lien avec les principes du gouvernement ouvert afin de proposer une meilleure formulation des réponses à la pandémie en lien avec les principes de transparence, d’accès à une information fiable et de la participation citoyenne.

Ce rapport est adossé sur un sondage réalisé dans les villes de Douala et Yaoundé auprès des usagers des transports publics. Ce sondage a été effectué entre le mois de septembre et le mois d’octobre de l’année 2020 par des équipes déployées sur le terrain. L’analyse qui y est mise en exergue est essentiellement qualitative. Elle se propose de présenter au plan qualitatif, les mesures préconisées par le gouvernement contre la Covid-19 dans le secteur des transports publics. Elle se structure autour de l’application effective (I) et de l’impact desdites mesures sur les populations cibles (II).

  1. APPLICATION DES MESURES RESTRICTIVES DANS LE SECTEUR DES TRANSPORTS

Comme dans le reste du monde, le secteur des transports a été mis en emphase dans la dynamique de propagation de la pandémie. Les mesures préventives et prophylactiques imposées pour circonscrire l’expansion de ce virus, dans le cadre du plan de riposte constitué de 13 mesures[4] ont été communiquées par le Premier Ministre à travers son Secrétaire général le 18 mars 2020[5]. Il a été suivi, selon ses instructions par les autres Ministres. Comme directives, il a instruit :

  1. Le prélèvement systématique, à l’aide des thermo-flash, de la température des personnels avant leur accès à leurs différents lieux de services
  2. L’installation des désinfectants dans tous les édifices ouverts au public
  3. La restriction des visites dans les services publics
  4. La restriction de la mobilité des personnels au sein des administrations
  5. Le respect des horaires réglementaires de travail pour le personnel non essentiel

Instruction a été faite au MINTRANS (Ministère des transports) de maintenir et encadrer les activités liées au transport domestique des personnes et des biens. C’est ainsi que ce dernier va adopter une série de cinq mesures restrictives dans les domaines des transports de masse, périurbain et rural, interurbain des personnes par mototaxis et taxi, le 23 mars 2020. Concrètement, le Plan de riposte gouvernemental axé autour du triptyque : limitation des déplacements, mesures d’hygiène et distanciation physique se traduit dans le secteur des transports en termes de réduction du nombre des passagers à transporter en fonction du type de véhicule (moto, taxi, car ou bus de voyages, trains…) ou encore de limitation des surcharges, de réduction des affluences dans les véhicules et les agences, de chargement et de déchargement dans les terminaux de voyages uniquement.

Il apparait qu’au rang des mesures édictées, sept sur treize (soit 54%) sont relatives aux transports et à la mobilité, tandis que cinq (soit 38%) sont liées à la distanciation physique, alors qu’une seule seulement, représentant 8%, se rapporte aux mesures sanitaires (figure 1).

Source : données compilées par l’auteur

 

 

 

 

 

 

 

 

Cependant malgré cette priorité accordée au secteur des transports, il demeure que la mise en application de ces mesures s’est révélée difficile. Car même si, à Douala et Yaoundé le niveau de connaissance des mesures barrières est estimée à environ 50%, il demeure que celui de l’exigence du respect de ces mesures est insatisfaisant et estimé à environ 45% ; de même, 60% ont une appréhension négative de la mise en application de ces mesures qu’elles estiment en inadéquation avec les besoins des transporteurs qui n’ont d’ailleurs pas été consultés à cet effet (figure 2).

Ce que l’on observe également c’est un relâchement des populations cibles quant à l’application desdites mesures (soit 40% peu satisfaisant et 15% pas satisfaisant). Seuls 20% des usagers estiment mettre en application les mesures restrictives. Ce relâchement s’explique par le manque à gagner induit par l’application de ces mesures.

 

TAG

0 Commentaire

Emran Khan
Oct 18, 2016

Curabitur eleifend mattis velit, gravida posuere mauris dapibus non.

Répondre
Prodip Ghosh
Oct 18, 2016

Curabitur eleifend mattis velit, gravida posuere mauris dapibus non.

Répondre

Commenter

Votre commentaire

Publications récentes

Etude PROCIV
8th Jan 2021

Tag